Partage Facebook
Partage Twitter
Partager par email
Imprimer
La Grande Marie : ou le luxe de sainteté

La Grande Marie : ou le luxe de sainteté

Éditeur : Médiaspaul
ISBN : 9782897603182
Résumé : Un alliage séduisant de littérature et d’histoire Le portait plein d’humanité d’une figure marquante de la Nouvelle-France ainsi revisitée Une lecture dynamique de l’histoire et une réflexion sur la société contemporaine Imaginons une barque qui remonte le fleuve Saint-Laurent, entre ses rives escarpées, depuis Tadoussac et accoste à Québec le 1er août 1639 après une escale à l’île d’Orléans. Dans cette barque, éprouvées par trois mois de traversée depuis Dieppe, trois religieuses ursulines, dont l’une, ayant quitté son couvent de Tours, dotée d’un fort tempérament, aussi bien tourné vers l’action que vers la mystique, apparaît déjà comme une figure centrale : Marie de l’Incarnation. N’imaginons plus. À quatre siècles de distance, c’est son portrait que brosse ici, d’une main leste, d’un œil admiratif, l’écrivain Carl Bergeron, séduit par la force de caractère, les qualités d’organisatrice et le grand talent d’épistolière d’une femme portée par un désir d’absolu et celui, tout aussi impérieux, qui la poussera à faire corps avec ce pays de froid dément, de rochers austères et de forêts implacables, à apprendre les langues autochtones, à y bâtir un monastère, à enseigner, à s’abandonner à l’Amour avec des élans que nous savons plus comprendre. Ce faisant, Carl Bergeron tend à la religieuse de fer et de chair un miroir qui fera paraître étriquées notre époque, ses lâchetés, son amnésie souvent. Il prend la mesure de son legs, interroge la société québécoise issue de la Nouvelle-France. D’un même coup de fleuret, il égratigne l’université quand elle n’est que refuge, l’esprit bourgeois quand il n’est que calcul. Plus que tout, son chant d’amour à la «Grande Marie», aussi beau que nécessaire, est tourné vers l’avenir : «N’allons pas croire, naïfs que nous sommes, que Marie est morte en 1672 et qu’elle s’est arrêtée là. […] Il se pourrait que le XXIe siècle fasse de Marie de l’Incarnation une contemporaine, et la ressuscite plus proche et vibrante à notre conscience qu’un Proust, un Céline ou un Joyce.» L’AUTEUR Carl Bergeron est né en 1980. Il est l’auteur de Un cynique chez les lyriques. Denys Arcand et le Québec (Boréal, 2012) et de Voir le monde avec un chapeau (Boréal, 2016). Il vit à Montréal.
 
15,00 €
Ajouter au
panier
Disponible
Livraison
2 € en France
0,01 € pour plus de 50 € d'achat

Revue de presse

" Que serait la France sans Jeanne d’Arc ? Ce mythe absolu d’une simple bergère qui, plusieurs siècles avant le féminisme, prit la tête des armées du royaume et fit couronner Charles VII à Reims. On a beau relire les pages des meilleurs historiens, de Michelet à Jacques Le Goff en passant par Régine Pernoud, pour vérifier si tout cela est bien advenu, force est de constater que certains personnages sont plus grands que nature et que la réalité dépasse parfois la fiction. "

- Renouer le fil de l'histoire, Christian Rioux, Le Devoir, 16 juillet 2021
Lire

Vous pourriez aimer ...